Couperose

 

La couperose  …

La couperose ou rosacée est une maladie évolutive qui, au départ d’apparence bénigne peut conduire à des œdèmes rouges et permanents. 4 millions de personnes sont touchés en France. Elle se localise sur le visage : joues, nez, front, menton.

 

Chez un sujet atteint de rosacée, un élément déclencheur (température, aliment particulier, émotion, exposition solaire…) crée un afflux de circulation sanguine mal régulé dans les zones concernées.

Des vaisseaux sanguins et des rougeurs peuvent apparaitre, d’abord de façon transitoire, c’est l’érythrose, puis de façon permanente, c’est la couperose.

Une réaction inflammatoire et la dégénérescence de l’élastine entrainent un peu plus tard la formation de boutons rouges appelés papules ou pustules. Les cas les plus graves de rosacée oculaire peuvent endommager la cornée et même conduire à une perte de vue.

Outre les aspects médicaux, la prise en charge de la couperose s’effectue souvent pour des raisons esthétiques. En effet, les personnes atteintes de cette maladie souffrent très souvent des « à priori » attachés à cette maladie : alcoolisme, hygiène…. Cependant consulter dès l’apparition des premiers symptômes de la maladie permet, encore une fois, une prise en charge globale avec des résultats efficaces et un freinage avéré de la maladie.

Les traitements…

Actuellement les traitements médicamenteux sont prescrits avec des résultats limités.

Un traitement au laser (non remboursé par la sécurité sociale) permet de dévasculariser l’épiderme du patient sur les zones touchées. Cette méthode est très efficace mais doit faire l’objet de plusieurs séances avec des séances d’entretien pour stopper l’évolution de la maladie. Ainsi le laser a permis un changement radical du vécu de cette maladie par le patient.

Cette technique s’applique aussi au traitement des points rubis, des angiomes stellaires.

L’acte…

Le laser utilisé est le laser KTP – 532nm.

Il va générer un faisceau de lumière concentrée d’une longueur d’onde bien spécifique en fonction de la couleur de la disgrâce à éradiquer, en l’occurrence rouge pour la couperose. Ce faisceau est absorbé par l’oxyhémoglobine contenue dans les globules rouges appartenant à la lésion vasculaire sans endommager les zones voisines : c’est une photocoagulation sélective.

La durée d’une séance est d’environ 15mn.

Le médecin vous équipera de lunettes de protection spéciales. Le geste est indolore, un léger picotement peut être ressenti.  Une crème cicatrisante peut être appliquée post-acte sur la zone traitée.

Il faut parfois plusieurs séances espacées d’un mois.

Les suites … 

Les séances sont espacées de 1 semaine à 1 mois.

Il faut éviter l’exposition solaire entre 2 séances, de même que 3 semaines avant et après l’acte. C’est pourquoi il est préférable d’entreprendre ce traitement en automne ou hiver.

Les effets secondaires sont la plupart du temps très limités. Les zones traitées  peuvent rester rouges, sensibles et très légèrement gonflés quelques heures à quelques jours. Si des petites croûtes se forment, il ne faut pas chercher à les enlever. Un blanchiment temporaire de la zone peut être observé. Les patients peuvent reprendre leurs activités  normalement après la séance ainsi que l’utilisation de leurs cosmétiques habituels.

Il est conseillé d’appliquer une crème hydratante et apaisante régulièrement pendant 8 jours.

Le médecin vous orientera pour maitriser au mieux à l’avenir les risques de récidive : hygiène de vie, alimentation, tabac, exposition solaire…

Les contre-indications…

Elles sont rares :

  • rosacée inflammatoire en poussée
  • présence de lésions sur les zones à traiter
  • phototypes élevés (5 et 6)
  • antécédents de chéloïde (problème de cicatrisation)
  • la grossesse
  • l’allaitement
  • certains traitements médicamenteux

Les zones et tarifs

La séance s’effectue à partir de 150€.

Toutes les zones du visage peuvent être traitées.

Ce tarif est indicatif. Le prix est fixé en fonction du nombre de tirs laser et de l’étendue de la zone à traiter.

Si besoin, un devis sera établi lors de la consultation préalable, conformément à la charte Médecin / Patient.